Comment les ordinateurs affectent l’économie du Luxembourg

sales of computers

Ce n’est un secret pour personne, depuis quelques décennies les ordinateurs ont envahi le monde du travail et ont eu un fort impact sur la productivité des entreprises. Tous les pays développés au monde ont vécu cette évolution. Mais les ordinateurs ne sont pas rentrés uniquement dans les entreprises, ils ont aussi pris place dans les foyers des citoyens. L’augmentation des échanges entre individus et de l’accès aux biens et services a permis de booster l’économie.

Déjà, les ventes d’ordinateurs et de smartphones ainsi que tous les accessoires et services qui y sont liés permettent de générer énormément de revenus. En outre, avec la généralisation d’internet, les individus peuvent désormais acheter en un clic davantage d’objets que ce qui était possible jusque-là. Il est par exemple possible d’acheter des biens qui se trouvent à l’autre bout du monde alors qu’auparavant, il fallait se contenter de ce qui était disponible uniquement dans les magasins près de chez soi.

Mais cette évolution n’affecte pas que positivement l’économie des pays. Cela amène en effet à une réduction du nombre d’emplois disponibles. Au Luxembourg, l’économie nationale a dû évoluer pour s’adapter à ces changements. Désormais, le Produit Intérieur Brut est surtout soutenu grâce au secteur financier et aux entreprises. Mais ces secteurs sont eux-mêmes très dépendants de la technologie.

De nos jours, tout se fait grâce à internet et aux ordinateurs. Dans le milieu de la finance et de la bourse, on utilise même des superordinateurs afin de réaliser de très grandes quantités de calculs en un minimum de temps. Les transferts d’argent comme l’achat et la vente d’actions en bourse sont parfois également réalisés de manière automatisée.

Ce n’est donc pas surprenant de voir que le Luxembourg se lance, avec le soutien de l’Union Européenne, dans le développement de superordinateurs comme le HPC, le “High Performance Computer”, en français l’Ordinateur à Haute Performance.