Comment le niveau de l’épargne est évalué dans une économie ?

savings

Par épargne, l’on entend la quantité d’argent qu’un individu ou État va économiser par rapport à la quantité d’argent gagnée ou récoltée. Le taux d’épargnes réalisées peut grandement varier en fonction des revenus d’un individu, d’une entreprise, d’un État et également en fonction de l’environnement économique d’une période donnée. Il est donc difficile de tirer des règles générales permettant de savoir à l’avance ce que telle personne ou telle entreprise va économiser, la seule possibilité reste d’analyser cas par cas les situations qui se présentent.

La meilleure source d’information reste l’observation du contexte économique global. On sait en effet que lors des crises, les individus et les États vont avoir tendance à moins dépenser, donc à économiser davantage leur argent. C’est un comportement parfaitement logique étant donné qu’en cas de crise, les individus ont moins de confiance en l’économie et ne peuvent pas savoir comment la situation va évoluer. Ils veulent donc économiser pour pouvoir faire face à d’éventuelles situations potentiellement plus difficiles. Il en va de même pour les États qui doivent mieux maîtriser leur budget en réduisant leurs dépenses. On peut notamment citer le cas de la Grèce qui a dû subir un régime d’austérité pour pouvoir éviter de faire faillite. A noter toutefois que réduire les dépenses d’un État lors d’une crise est une mesure qui ne fait pas l’unanimité, certains économistes et personnalités politiques considèrent que l’État doit au contraire stimuler l’économie. Devoir réduire les dépenses aurait à l’inverse pour effet de la contracter.

On voit donc que les mécanismes derrière l’épargne sont complexes et dépendent de très nombreux éléments. Il faut en outre prendre en compte le but recherché, c’est-à-dire le résultat voulu par la personne ou entité qui va épargner. Car économiser au lieu d’investir quand on a les moyens n’est probablement pas la meilleure des choses à faire d’un point de vue purement économique.