Comment le Brexit affecte l’économie européenne

Brexit

Il y a quelques mois, le Royaume Uni a voté la sortie de l’Union Européenne par référendum. Pour beaucoup de britanniques, la sortie a été motivée par des raisons de souveraineté face à la crise des réfugiés. Mais pour la plupart, c’est la perception selon laquelle l’économie britannique était handicapée par son appartenance à l’Union Européenne.

Le Brexit a été considéré comme de nombreux économistes comme une opération très risquée. Pour eux, les conséquences sur l’économie britannique à court terme auraient été dévastatrices. Mais, grâce à la dévaluation de la Livre Sterling et de nombreuses autres précautions, le choc économique tant redouté a été largement atténué.

Chose surprenante, la véritable victime du Brexit d’un point de vue purement économique, c’est l’Europe. En effet, au lendemain de la crise économique globale, de nombreux pays européens ont eu du mal à faire face. Mais, après d’importantes mesures d’austérité et des réformes bancaires approfondies, les choses auraient dû rentrer dans l’ordre. Ce qui n’a pas été entièrement le cas. Aujourd’hui, avec la sortie du Royaume-Uni qui était une véritable force de stabilité économique, l’un des piliers de l’union s’effondre.

A court terme donc, l’économie du continent pourrait bien devoir se restructurer encore plus qu’elle ne l’a fait jusqu’à présent. Et, au regard de l’apparente bonne santé du Royaume-Uni, d’autres pays pourraient être tentés de suivre le mouvement. En particulier les pays dans lesquels le vent de nationalisme et la conjoncture économique se font de plus en plus sentir.

Toujours est-il que la sortie de l’UE n’aura pas que de bons aspects pour le Royaume-Uni. Non seulement la différence de réglementation et les nouvelles taxations pousseront les entreprises à s’installer ailleurs, mais elle risque de perdre la population active qualifiée mobile qui pouvait travailler sur tout le continent. A cela, il faut ajouter le fait qu’elle devra certainement renégocier de nombreux accords et conventions communautaires conclues avec d’autres pays et avec des multinationales.